Nous avons 164 invités et aucun membre en ligne

Revue de Presse

Le modele independant

jeudi, 08 mars 2012 11:32 Publié dans Présentation du mouvement ultra'

Le modele independant pour les ultras est apparu dans les annees 90 a Verone notamment. Face a l'augmentation de la repression et la disparition des groupes phares, la tifoseria veronaise s'est constitue d'une multitude de mini-groupes, ou groupuscules au sein de la curva. Cette organisation presente l'avantage d'etre bien plus difficile a gerer et a reprimender par les autorites.

En soit donc, aucun groupe n'est reconnu par le club, entretien peu de relations officielles avec ce dernier, sinon que la foi sans limite que ce modele defend de la meme maniere. Sans local, acces au stade ou presque, l'animation de la tribune - notamment les coregraphies d'envergures - s'en retrouvent limitees au grands matchs ou derbies.

Cote chant, la ferveur reste plus ou moins la meme que dans le modele associatif, excepte que la clameur des tribunes s'exprime plus de maniere individuelle que le biais du capo des groupes, veritable chef d'orchestre. On parle souvent de ferveur a l'anglaise, tant souvent adoree par les medias. Cependant, une telle organisation spontannee necesite un vraie culture collective du chant et du rythme pour que cela fonctionne correctement. Certains publics connaitront ainsi plus de blancs pendant les matches que d'autres.

[Paris SG] - 15 ans Lutèce Falco

mardi, 14 février 2012 15:19 Publié dans France


DEFINITION 

A la base, le mot TIFO vient du verbe "tifare" en italien qui veut dire "supporter", "être fan de". Le mot TIFO correspond donc au mot "ANIMATION", et "tifosi" le mot "supporter" (sauf qu´on ne le prononce pas pareil :) )

En Italie donc, le TIFO correspond à l'animation visuelle ET vocale d'une tribune déterminée. Dire que l'on a fait un bon tifo signifie que la tribune a réalisé une belle animation d´entrée des joueurs, et a encouragé son équipe bruyamment et continuellement pendant toute la rencontre.

Le mot TIFO a été repris en France pour l´associer aux immenses chorégraphies humaines ou "animations" que l'on peut admirer dans les tribunes populaires. Elles sont organisés - pour la plupart - par des associations de supporters, se revendiquant de la mentalité ultra. Véritables oeuvres d´arts modernes, elles necesitent entre des jours et des mois entiers de préparation, pour un résultat éphèmère d´entre 5 à 10 minutes (comme disait le capo : "tenez bien les feuilles les gars").

Il est à noter qu´elles peuvent être aussi le fait du club dans le cas de grandes rencontres comme un anniversaire, une finale, un derby ou un "classico". Elles sont cependant localisées dans les latérales afin d'avoir un meilleur impact télévisuel ! Les supporters ultras n´accordent que peu de valeur à ce genre d´animation, en raison de son manque d´authenticité.

L´exemple le plus extreme qui a pu être vu ces dernieres années sont les tifos sponsorisés par des sociétés privées qui se soucient bien plus de faire un bon gros coup de pub télévisuel que d´apporter un réel soutien (si ce n´est financier pour s´aquitter des droits) au club. Donc comme disait le mec aux lunettes... Méfiez-vous des contrefaçons !


LES REFERENCES

En France, la référence de ces dernières années en termes de chorégraphie est à Saint-Etienne, surtout depuis les années 2000. Il est vraiment à noter l´originalité et la régularité dans les chorégraphie dont font preuve les stéphanois, et l´exécution souvent parfaite de leur tribune.
Vous pouvez trouver ci dessous une de leurs chorégraphies la plus impressionnante, et nous vous invitons à parcourir la rubrique photo du site afin de vous faire une idée encore plus précise.

Les marseillais restent cependant toujours très bien placés dans les animations d´envergure. Beaucoup de personnes leur reprochent un manque d´originalité et d´imagination, mais elles demeurent de très bonne qualité et massives.

Côté pyrotechnie, les ultras parisiens furent spécialistes du genre dans les années 2000. On peut également citer les niçois, qui réalisèrent de belles rangées de torches dans leur vétuste mais champêtre tribune sud.

 

La Violence

samedi, 09 août 2008 18:46 Publié dans Présentation du mouvement ultra'

LA VIOLENCE AU SEIN DU MOUVEMENT ULTRA

Vaste débat que celle de la violence au sein du mouvement ultra. Bien qu'ayant toujours fait partie de cette mouvance pour des raisons diverses, elle n'est pas systematique pour la grande majorité des groupes se revendiquant de "l'école italienne". Cependant, on peut dégager 2 mentalités dinstinctes :
- le "Tifo e coherencia" (Animation et cohérence) comme à Parme, la Sampdoria notamment. En France on peut citer Bordeaux, Marseille, voire Saint-Etienne.
- le "Tifo e violenza" (Tifo et Violence), comme à Vérone ou Naples. En France, on peut citer Paris et Lyon par exemple. L'influence britannique et le mouvement Casual du Nord de l'Europe au sein des mêmes tribunes populaires explique souvent le penchant de ses occupants pour les affrontements.

De fait, les groupes ultras francais n'organisent que très rarement la violence, mais peuvent se retrouver impliqués dans celle-ci lorsqu´il le jugent necessaire. C´est le cas par exemple lorsqu´un groupe répond à des scènes de violence qui lui ont été infligées lors d´une précédente rencontre avec un autre groupe de supporter. Un cycle sans fin qui fascine beaucoup, notamment les plus jeunes.

Les forces de l´ordre, telles que les CRS ne sont pas en reste, puisque le gouvernement n´hésite pas à les utiliser pour frapper les supporters pour le moindre "écart de conduite", comme par exemple celui de fumer du canabis, boire une bière, ou encore allumer un fumigène.


Selon la politique du directif du groupe, la tolérance de ces actes est plus ou moins grande. Pour les groupes les plus calmes, les membres les plus violents ne perdurent pas généralement dans les groupes ultras mais incorporent des "Firms", entité totalement officieuse et généralement extérieures aux groupes. On les appelle aussi les "indépendants", bien que la majorité des personnes lambdas allant au stade par leurs propres moyens sont désignés de la même sorte. La confusion est d'autant plus forte.

stop-violence