Nous avons 438 invités et aucun membre en ligne

Derniers communiqués

Derniers ajouts de photos des tribunes françaises

1 2 3
  • (2019-20) Lens - Sochaux
  • (2019-20) Marseille - Bordeaux_2
  • (2019-20) Marseille - Bordeaux_3
  • (2019-20) Marseille - Bordeaux_4
  • (2019-20) Marseille - Bordeaux_5
  • (2019-20) Marseille - Bordeaux_6
  • (2019-20) Marseille - Bordeaux_7

Dernières vidéos

02 février 2021
Supporters de l'OM et du PSG respectivement, Sébastien Thoen et Julien Cazarre ont multiplé les sketches récemment sur le monde du foot. Voici un petit florilège des "Sopronos" ces dernières semaines: Tuto Ultra Ep.1 Le remix des cousins de Téji Savanier Les jouets de Noël La compagnie béké Affaire conclue
29 décembre 2020
Nous partageons ce reportage de la chaîne Arte sur diverses tribunes françaises, telles que Bordeaux, Marseille, Lens, Lyon et Saint-Etienne. A l'étranger, les publics de Liverpool et de Donetsk sont à l'honneur.

Derniers ajouts de photos des tribunes d'Europe du Sud

1 2 3
  • (1995-96) Barcelona - Espanyol
  • (1991-92) Atletico Madrid - Sevilla
  • (2019-20) Fenerbahce - Galatasaray
  • (2019-20) Etoile Rouge Belgrade - Partizan Belgrade
  • (2019-20) Manchester City - Dinamo Zagreb
  • (2019-20) Lazio - Hellas Verona
  • (2019-20) Lecce - Roma

Derniers livres

Derniers ajouts de photos des tribunes d'Europe du Nord et de l'Est

1 2
  • (2019-20) Malmo - Dinamo Kiev
  • (2019-20) Stuttgart - Karlsruhe
  • (2019-20) Spartak Moscou - Zenit St Petersbourg
  • (2019-20) Lubin - Pogon Szczecin
  • (2019-20) Ferencvaros - Ujpest
  • (2019-20) Hamburg - Dynamo Dresden
  • (2019-20) Sankt Pauli - Hamburg
Le mouvement ultra' en France

Le mouvement ultra' en France (10)

En France, le mouvement ultra´ fait son apparition dans les années 80, à Marseille (Commando Ultra´1984), Paris (Boulogne Boys 1985), Nice (Brigade Sud 1985),  Bordeaux (Ultramarines 1987).

Des villes comme Lyon (Bad Gones 1987) ou Lille (Dogues Virage Est 1989) sont egalement concernées, mais s´inspireront plus de la mouvance anglaise.

Le mouvement supporter à Paris

Écrit par lundi, 29 avril 2013 17:17

LE MONOPOLE DU PSG

Contrairement à la plupart des grandes villes européennes, Paris ne possède qu´un seul grand club parmi l´élite du football français : le Paris Saint-Germain. Il existe bien des clubs tels que le Paris FC, le Racing Club de France, Créteil, ou bien encore le Red Star, mais le mouvement supporter y reste embrillonaire.

L'Histoire du Paris Saint-Germain Football Club est intimement liée a celle du Parc des Princes. C'est dans cette enceinte que le club a écrit ses premieres pages d'histoire dans les annees 70, et c'est toujours le cas jusqu'à aujourd'hui. L'organisation de l'Euro 2016 pourrait cependant remettre en question cette affirmation.


LE KOP DE BOULOGNE - TRIBUNE HISTORIQUE

La première tribune à accueillir des supporters fervants et partisans du club est la fameuse Tribune K, un quart de virage adossé à la non moins reconnue Tribune Boulogne. A partir du 18 septembre 1976 en effet, le PSG tente de se trouver un public avec une carte "Jeune Supporter" à un tarif remarcablement bas : le Kop K est né.

Le Kop K migrera ensuite en tribune Boulogne, et créera le Kop of Boulogne (KOB) le 2 Août 1978, en hommage au Spion Kop des fans de Liverpool. Les fans parisiens se rappeleront au bon souvenir de la communion avec ceux-ci lors de leur venue en 1996-97, en demi-finale de la Coupe des Coupes.

Le KOB est une tribune qui mélangea 3 influences principales de supportéisme, la France, l´Angleterre et l´Italie. La chorégraphie effectée par le Kop en 2003-04 face à Marseille en est une belle illustration (voire la photo ci-contre "Trois styles qui font notre force").

Le modèle français fait référence à une tribune historiquement penchée vers des valeurs plutôt de droite, telles que le nationalisme, l´amour de la patrie et la fierté d´être français. Le modèle anglais y a importé ses hooligans et ses casuals, surtout pendant les années 80-90. Pas mal de violence aux alentours du Parc contre les supporters adverses et en déplacement, mais également ces fameuses descentes d´escaliers du haut vers le bas de Boulogne Rouge au début des années 90. Enfin, les nombreux groupes ultras qu´ont porté la tribune - notamment les Boulogne Boys - lui ont apporté son tifo soutenu dans le mythique bloc Boulogne Bleu B3. Le bloc B2, très actif durant les années 90, restera plus en retrait pendant les années 2000 (Gavroches Paris, Rangers Paris), la faute sûrement à un renouvellement générationnel moins fort que chez les Boys. Le bloc B1, bien qu´occupé par des miriades de groupes successifs, sera la plupart du temps clairsemé voire vide.

paris sg - marseille kob 1 20120124 1694697493

Le Kop lors du match contre Marseille en 2003-04


LE VIRAGE AUTEUIL - LA NOUVELLE VAGUE ULTRA

 Toujours au début des années 90 - en 1991 précisemment - se crée le Virage Auteuil en tribune bleue avec l´arrivée des Supras. Les Lutèce Falco arriveront de la tribune K quelques mois plus tard. C´est une nouveauté au Parc, la tribune Boulogne étant jusqu´alors seule et contre tous dans le Parc à supporter le Paris SG !! C´est sûrement pour cela que la devise du KOB sera "Beaucoup d´ennemis mais beaucoup d´honneur", en référence aux nombreux combats que la tribune devra mener dans son propre stade pour se faire respecter.

Auteuil Rouge commence à s´animer à partir de 1993 avec l´arrivée des Dragons et des Tigris Mystic. Les Dragons rentreront par la suite chez les Tigris pour ne former qu´un groupe unique en Auteuil rouge. Beaucoup considereront les TM93 comme l´origine de l´essort du Virage Auteuil et du mouvement ultra´ sur Paris de 1998 à 2006 notamment.

Le Virage Auteuil, contrairement au Kop de Boulogne est essentiellement influencé par la culture ultra´ et son tifo. Mis à part les Karsud situés au centre de la tribune bleue entre les Lutèce et les Supras, tous les groupes sont concernés, mêmes les plus officieux tels que les Kriek Paris ou bien encore les Section Amok. Cependant, alors que le Kop de Boulogne peut se targuer d´une identité unique dite du "Kop", l´unité du Virage Auteuil ne sera jamais vraiment effective, la faute sûrement à des problèmes d´égos des groupes composant la tribune.

A partir de 2002, la tribune G jouxtant la tribune Auteuil, jusqu´ici réservée aux envois d´invitations pour les banlieues, est enfin ouverte aux abonnements. Le Virage Auteuil est en effet depuis pres de 4 ans 100% abonné, et beaucoup de personnes sont sur liste d´attente. C´est donc l´occasion pour de nombreux fans parisiens de se rendre dans la partie du stade qu´ils affectionnent le plus, pour un prix encore raisonnable. La campagne d´abonnement est un succès et dans la foulée apparaissent les Authentiks. Le club, dans un premier temps recalcitrant d´avoir un groupe ultra´dans cette tribune se résout à autoriser son bachage au bout de quelques mois. L´amitié avec le Virage Auteuil - notamment les Supras - est totale, le groupe se revendiquant comme un prologongement de la tribune, et une sorte de "centre de formation" d´ultras pour le virage. La belle histoire continuera jusqu´à coloniser toute la tribune G bleue, et former le groupe le plus dynamique du Parc à sa dissolution par le gouvernement en 2010, suite à l´affaire Yann Laurence.

Il est à noter que ce n´est pas le seul groupe à apparaitre en tribune G pendant ces années, puisqu´en G rouge, les Puissance Paris feront de même avec un résultat moins éclatant mais plus que satisfaisant.

Enfin, la tribune K voit apparaitre en 2006 la Brigade Paris en tribune bleue. A l´image des Puissance Paris, ceux-ci rencontrent un succès tout à fait satisfaisant, tout en se rapprochant de la tribune Boulogne.


AMITIES ET ENNEMIS

Il n´est un secret pour personnes que le rival parisien est marseillais. Au dela de ce club, les rivalités étaient affirmées avec Bordeaux (Boulogne Boys - Ultramarines), Nice (Tigris+KOB - Brigade Sud), Lyon, Saint-Etienne (KOB - Magic Fans), Montpellier, Metz (Karsud+KOB - Génération Grenat) et Nantes (Lutèce Falco - Brigade Loire).

Pour ce qui est des amitiés en France, on peut noter les toulousains (KOB - Viola Front) et les toulonnais (Tigris - Irréductibles Toulon). A l´étranger, quelques contacts avancés du KOB avec les ultras de l´Hellas Verona, des Supras Auteuil avec la Wilde Horde de Cologne et de la tifoseria parisienne avec les fans du Celtic Glasgow de manière générale.


THIS IS THE END...

C´est par ces mots que les Lutèce Falco annonceront la fin du mouvement ultra´à Paris en 2010. En effet, au fur et à mesure que le Virage Auteuil et sa tribune G prenait de l´ampleur, les tensions avec le Kop Of Boulogne allaient grandissant. Les premiers incidents commencent à Auxerre en fin de saison 2002-2003, puis au Stade de France en finale de la Coupe de France quelques semaines plus tard. Le grand frère Boulogne reproche à Auteuil son insolence tels que par exemple les messages des Tigris "L´avenir est à nous" ou bien "Une seule tête de mort Mystic", et Auteuil le racisme de Boulogne. De 2003 à 2010, de nombreuses bagarres éclatent entre une partie des supporters des 2 tribunes, alternant les periodes de "paix" et de tensions.

Petit à petit, le mouvement ultra´parisien recule et s´enlise dans une guerre d´autodestruction sans fin, s´attirant dans le même temps les foudres du gouvernement. Les Tigris s´auto dissouent en juillet 2006, après une rixe contre Boulogne dans une station service. Les Supras et les Authentiks seront dissous en 2010, suite à la mort de Yann Laurence.

 Les Boulogne Boys seront eux dissous suite à leur banderole humouristique sur les chtis au Stade de France : "Pédophiles , chomeurs , consanguins , bienvenue chez les ch'tis"

Le mouvement ultra parisien est pour le moment en Stand By en raison des consequences du plan Leproux et de la répression disproportionnée des autorités depuis 2010. La Charte 12 instaurée par le Paris Saint-Germain au Parc des Princes empêche tout regroupement de supporters en tribune superieur à 50 personnes. Un veritable réglement interieur totalitaire est instauré, niant les droits fondamentaux des supporters.

Pour ne rien arranger, le club impose à ses "supporters" l'aléatoire des abonnements entre les tribunes Boulogne et Auteuil, ce qui pose de graves problèmes de regroupements pour des personnes habituées à un certain "territoire".

L´annuaire des groupes ultras français

Écrit par mardi, 30 octobre 2012 18:54

AJACCIO (AC)

I Guerrieri 1997/2002
Magic Fans 1999/2001
Aiaccu Corsi Angels 2001/2002
Orsi Ribelli 2001/...

AJACCIO (GAZELEC)

I Partigiani 1991/1994
Companero 1996/..

 
ALES

Ultras Cevenol 1994/1995
Ultras Ales 1996/2005

 

AMIENS

White Devils 1995/1996
White Phoenix 1996/1997
Kop Licorne Blanche 1998/..
Vikings Extreme Nord 2000/2002
Brigade Nord 2001/2003
Amiens 1901 2003/2012

ANGERS

Fanatics 49 1990/1993
Kop De La Butte 1992/..
Brigade Ouest 2007/..

 

ANGOULEME

Commando Fada 2003/..

 

AUXERRE

Tigers 1988/1989
Roux Boys 1989/1990
Ultras Bleus et Blancs 1989/1991
Ultras Auxerre 1990/..
Blue Angels 1998/..
Rudeboyz 1999/2004

 

 AVIGNON

Ultras Avignon 1989/1993

 BASTIA

Pirates 1991/1996
Ultras Bastiacci 1991/1994
Testa Mora 1992/2004
Guerrieri 1993/1996
Blue Fans 1996/2003
Rebels 1998/..
Cop's 1998/2002
Bastia 1905 2005/..

 BEAUVAIS

Bvs Home Boys ? /?
Ultras 60 2000/2001
Red North 2003/2005
Kamarades Ultras 2007/2009
Collectif isarien 2011/..

 BORDEAUX

Ultramarines 1987/..
Marine Korps 1989/1990
Devils 1990/2006
Granata Bordeaux 1992/1996
Old School 1993/..
Antisocial 1993/1996
Fans Virage Nord 1995/1997
Celtic Lads 1995/1996
Thanatos United 1996/1997
Rude Boys 1999/2001
Allies Nord 1999/2001
Partisans 33 2001/2008

 BOURGES

Fanatic Avaricum Boys 1992/1996

 

BREST

Celtic Angels 1989/1995
Ultras Brestois 1990/..
Occismor Boys 1991/1994
Red Boys 1995/1996
Kop Ouest 1999/2004
Ultr'Armor 2000/2001
Celtic Ultras 2001/..

 CAEN

Brigade Viking 89 1989/1996
Gunners Caen 1991/1996
Kop of Hund Boys 1991/1994
Malherbe Normandy Kop 1996/..
Brigade Vikings 96 1996/2000
Drakkar Side 1997/2000
Fans Caen 2007/2009

 CALAIS

Ultras black Panthers 1999/2002
North Winners 2002/ ??
Black Panthers 2008/..

 CANNES

Commando Ultra Tribune Nord 1986/1987
Ghetto Sud 1987/1988
Bad Boys 1988/1996
Ghetto Rasta 1990/1996
Lou Feichou 1992/1995
Ultras Cannes 1993/1996
Commando Rouge et Blanc 1997/1999
Commando Rebels 1997/1999
Ultras Kaos 1998/..
Red Guerilla 2004/2008
Ragazzi Clan 2005/..
Red Furi 2010/..

 CHARLEVILLE MEZIERES

Chanzy Boys 1995/1998

 

CHATEAUROUX

The Commodores 1996/2000

Ultras Berrichons 2003/2004

Supras Berry  2007/..

 CLERMONT

Red And Blue Boys 1995/1995
Box 2000/2000
Furiosi 2000/2005
Ultras Clermont 2006/..

 CRETEIL

Urban Devils 2002/..
Kop Banlieue 2004 2004/..

 DIJON (Cercle)

Mout'Hard Boys 1994/1998

 DIJON (DFCO)

Supras 2002/2002
Blue Panthers 2002/2004
Dogs Dijon 2004/..

 DUNKERQUE

Winners Dunkerquois 1993/1994
JB Boys 1994/1996
Ultras Dunkerquois 2007/..

 GUEUGNON

Kop Gueugnon 1987/1988
Ultras Forgerons 1988/2003
Ultras Gueugnon 2002/..

 GUINGAMP

Kop Rouge 1993/..
Mercenaires 1994/1995
Red Boys 1996/..
Kridef 2000/..
New School Gwengamp 2003/2010

 GRENOBLE

Red Kaos 1994/..
Ultras Nord 1995/1997
Brigate Gratiano 1995/1997
Gren'Ultras 1995/2001
Commando 38 2001/2012
Partisans 2005/2010
Diables bleus 2007/..

 ISTRES

Ultras Violets 1998/2002
Brigada Istré 2006/2010

 LAVAL

Bombers Ultras 53 1993/2004
Diablos 53 2006/..

LE HAVRE

Blue Wolves 1991/1993
Barbarians 1993/..

LE MANS

Worshippers 1992/..
Firesnake 2003/..

LENS

North Warriors 1991/1999
Alternative Gang 1992/1994
Kop Sang et Or 1993/..
Red Tigers 1994/..
Mad Crew 1998/2001
North Devils 1999/..

LIBOURNE SAINT SEURIN

Supras 2003/..

LILLE

Dogues Virage Est 1989/..
Ultras Lille 1991/1992
Dogs United 1998/2003
Insula Razzia 2001/2003
Rijsel Spirit 2003/..

LORIENT

Pirates Lorient 1990/1993
Kop of Lorient 1993/1994
Merlus Ultras 1995/..

LYON

Ultras Gones 1986/1987
Bad Gones 1987/..
Ultras 69 1987/1989
Lugdunum's Lyon 1993/2007
Gones 69 1993/2001
Red Lions 1994/1996
Gerland's Boys 1995/2000
Nucleo Ultras 2000/2007

Brigade 69 2002/2002
Cosa Nostra Lyon 2007/..
Lyon 1950 2009/..

MARSEILLE

Commando Ultra 1984/..
Warriors virage nord 1986/1987
South Winners 1987/..
Yankee 1987/..
Fanatics 1988/..
Ultimate Warriors 1989/1990
Warriors 1989/1992
Dodger's 1992/..
Thunderbirds 1992/1996
Mtp 1994/..
Cosa Ultra 1996/..
Brava Massalia 2008/..

MARTIGUES

Blood and Gold 1992/?
Boys Martigues ? /1994
Maritima Supras 2001/..
Marte'Go ? /?

MONTCEAU LES MINES

Ultras Red Devils 1991/1992
Ultras Red Killers 1992/1997

MONTPELLIER

Ultras Fideles Supporters 1988/1989
Rangers 1989/1990
Les Aigles Bleus 1990/1992
Butte Paillade 1991/..
South Gunners 1993/1999
Groupe Decision 1995/2000
Ultras Languedoc 2002/2004
Armata Ultras 2002/..
Section Gévaudan 2004/2006
South Rangers 2004/2007

Camarga Unitat 2011/..

MULHOUSE

Brigade Ultra 1988/..
Sud Alsace Fans 1993/..

METZ

Kop of Metz 1988/1995
Kop of Premieres 1986/1987
Ultras Granata 1988/1989
Section Graoully 1991/1997
Ultras Grenats 1993/1993
Generation Grenat 1995/..
Horda Frenetik 1997/..
Gruppa 2012/..

MONACO

Sconvolts 1986/1993
Vikings 1990/1994
South Boys 1992/1994
Heineken Group 1992/1994
Brigate Bulldogs 1993/1994
Rebel's 1993/1994
Ultras Monaco 1994/..
Inferni 1994/2010
Commando Cobra 1994/1994
Brigade Rouge 1996/1997
Les Legionnaires 1997/1998
Roca Falcon 1998/1999
Warriors 1999/2000
Fanatics 2001/2002

 NANCY

Red Boys 1986/1989
Ultras Nancy 1988/1998
Snipers 1995/2003
Red Sharks 1999/..
Furia school Nancy 2004/2005
La clique Nancy 2005/2009
Section nord est 2007/2009
Saturday FC 2009/..

 NIMES

Gladiators 1991/..
Les Sudistes 1991/1994
Cost'Boys 1993/1993
Ultras Nimes 1993/1997
Red warriors 2005/..

 NIORT

Brigade Niortaise 1987/1988
Ultras Niort 1999/2002
Unicamox 79 2000/..

 ORLEANS

Yellow Boys 1989/1992
Droughis 2004/..

 PARIS SAINT GERMAIN

Boulogne Boys 1985/2008
Gavroches 1986/2008
Firebirds 1986/1993
Paris Assas Club 1989/..
Lutece Falco 1991/2010
Supras 1991/2010
Incorrigible Gaulois 1991/1992
Auteuil Fanatics 1991/1992
Rangers 1992/2008
Tigris Mystic 1993/2010
Sus Scrofa 1993/1995
Dragon's 1993/1997
Karsud 1994/..
Titans 1994/..
Capitals 1994/1996
Generation Parisienne 1995/?
Section Cigogne 1996/2001
Kriek Paris 1999/..
Authentiks 2002/2010
Puissance Paris 2003/2010

 PAU

Ultras Sup'Pau 1998/1999
Royals 64 2002/..

 PERPIGNAN

Extreme Sud 1995/1997
El Catalan 1995/1997

 RACING PARIS

Racing Rebels 1989/1994
Brigadiers 1936 ? /?
Racing Tigers 2003/2006
Unité Racing 2005/2009

 RED STAR

Perry Boys 1993/..
Gang Green ? /..

 REIMS

Kop Pesage 1987/1992
Kop Havane 1989/1991
Ultras Remois 1993/1995
Ultrem 1995/..
Red Angels 1999/2000
Les Rouges 2000/2001
Kop Rouge et Blanc 2001/2007
Diavolo Rosso 2001/2002
Red Warriors 2002/2002
Kop mythique rémois 2008/..

 RENNES

Roazhon Celtic Kop 1991/..
Devils Bard 2002/..
Breizh Stourmer 2003/2008
Unvez Kelt 2008/2012

 ROUEN

Diochon Boys 1996/2000
Hell's Fans 1999/..
Diaboli'Kop 2002/..
Kollectif Independant Rouennais 2003/2010
Ultras Rouen 2011/2012
Rouens Fans 2012/..

 SAINT BRIEUC

Ultras Griffons 1994/1995
Magic Griffons 1995/1997

 SAINT ETIENNE

Fighters 1988/1992
Magic Fans 1991/..
Green Angels 1992/..
Old Fighters side 1993/1994
Green Warriors 1993/1994
Black Panthers 1993/1996
Independantistes 1998/..

 SEDAN

Bulldogs 1993/2002
Wild Boars 2000/2001
Young Boys 2005/..

 SETE

Ultras Sete 1986/1988
Brigata Verde Bianca 2003/2005

 SOCHAUX

Crazy Lions 1992/..
Ultras Sochaux 1992/1995
Independants Virage Sud 1995/2005
Joyriders 1996/..
100% Sochaux 1998/2003
Immortal Roars 1998/2001
Park Ultras Sochaux 2000/2001
Banda Ultra Sochaux 2003 2003/..
Val70 2005/..

 STRASBOURG

Ultra Boys 1990/..
Blue Pirates 1993/2003
Blueje Kempfer 1993/..
Octopus Brothers 1994/1996
Section Furet 1999/..

 TOULON

South Wolf's 1987/1990
Rasta Bronx 1988/1993
Vieille Garde 1990/1993
Brigade Azur et Or 1990/1993
Irreductibles 1993/..
Fedelissimi 1998/..

 TOULOUSE

Ultras Toulouse 1986/1989
Ultras Violets 1989/1990
Commando West Boys 1991/1992
Ultras Occitans 1992/2001
Indians Tolosa 1993/..
Diablotins Occitans 2000/2001
Purple Cobra 2000/2001
Viola Boys 2001/2005
Dragons Diaboliques Occitans 2000/2004
Les Ouest Dragons 2004/..
Sharks 31 2005/2009

 TOURS

Kop Tourangeau 1992/..
Supras Tours 2002/2008
Ultras Tourangeaux 2002/..
Mad boys 2003/2008
Tours N' Boys 2008/..
Turons 1951 2012/..

TROYES

Fanatics 1989/1997
Magic Blue Boys 1997/1997
Magic Troyes 1997/..
Ultras Troyes 2008/..

VALENCE

Karibes 1989/1995
Boby's 1992/1995
Patriotes 1993/1993
Brigade Valence 1993/1996
Blue Angels 1995/1996
Ultras Valencia 1999/2000
Brigade 26 2002/..

VALENCIENNES

Red'N White Dragons 1992/..
Swan's Den 1994/1996
Brigade Nord 2001/2002
Ultras Roister 2002/..
Fanatics 2002/
Génération Rouge et Blanc 2004/..
Red Satanas 2005/2005
Scheldt fans 2006/..

WASQUEHAL

Ultras 59 1997/..
North Eagles ? /?

     

Le mouvement supporter à Nice

Écrit par vendredi, 26 octobre 2012 20:37
Alors que l'OGC Nice joue en D2 (saison 84/85), plusieurs petits groupes de supporters se démarquent en haut de la tribune Sud du stade du Ray par leur enthousiasme. Les journaux locaux parle du kop sud. Quelques supporters niçois profitent de la proximité géographique avec l'Italie pour aller voir des matchs du calcio; beaucoup sont fans du Torino et découvrent le phénomène ultra. Le club remonte la saison suivante en D1. Les petits groupes se rassemblent à la fin du mois de septembre et après un match contre Rennes, ils décident de former un groupe ultra : la Brigade Sud Nice. Le groupe prend de l'ampleur dans la tribune et en devient le moteur. Au mois de décembre, lors de la réception du Havre, la première bâche est posée. Les premiers fumigènes piqués dans les magasins spécialisés font leur apparition. Le groupe est de plus en plus considéré et le club des supporters (CDS) l'invite à une réunion et il obtient des tambours et un petit local sous la tribune pour stocker le matériel. Lors du déplacement à Marseille (saison 86/87), les leaders niçois entament une discussion après le match avec le président des Ultras Marseille. Ce dernier a déjà de l'expérience et conseille les Niçois pour la fabrication de leur première écharpe. La présence de plusieurs clubs de la Côte d'Azur en D1 permet des déplacements fréquents. Les premières inimitiés font leur apparition avec Toulon, Monaco, Marseille et Cannes (seulement à partir de 1988 et après une banderole injurieuse de la part des Cannois). Lors d'un match amical entre Nice et Pise, les ultras niçois font la connaissance avec des ultras pisans. Quelques semaines plus tard, ils sont invités par les Pisans pour assister au derby Pise-Florence ; une amitié naît avec la BSN. bsn2

 Lors du derby contre Toulon en février 1989, la BSN sort une banderole : "Toulon, 13 morts : merci l'immeuble" en référence à l'effondrement d'un immeuble à Toulon deux jours auparavant. La banderole fait scandale d'autant plus que le groupe n'a pas entendu qu'une minute de silence se déroulait et qu'il continuait à chanter ! Les médias s'emparent de l'affaire pour stigmatiser le groupe. Ce dernier se défend comme il peut et rappelle qu'en Italie, ce genre de message est courant et qu'il ne s'adresse qu'aux ultras et non aux familles victimes de la catastrophe. Mais cette histoire, combinée avec des incidents avant certains matchs, éloigne certains supporters du groupe. Lors de la saison 89/90, les effectifs du groupe continue de baisser et le club ne se sauve en D1 qu'à la faveur des barrages contre Strasbourg. Mais la saison suivante, le club connait des difficultés financières et malgré son maintien au niveau sportif, le club est relégué en D2 par la DNCG. La BSN subit cette descente et lors d'une réunion, décide de tourner une page en changeant de nom : Eagles power. Des anciens de la BSN fondent aussi leur propre groupe mais ces derniers ne durent pas longtemps. Les affluences au stade du Ray ne sont pas importantes, la tribune Sud n'est que rarement pleine et dans ce relatif anonymat, au cours de la saison 91/92, le regroupe reprend son nom d'origine. Le club reste en D2 jusqu'en 1994. Lors de la saison 93/94, lors du match à Gueugnon, des Niçois résidant en région parisienne posent pour la première fois la bâche de la BSN Parigi, c'est la première section du groupe.

L'OGC Nice rejoint la D1 lors de la saison 94/95, un filet est installé devant la populaire Sud. Bien que gênant au premier abord, il montre son utilité lors des buts. C'est aussi lors de cette saison que le capo emblématique est placé en garde à vue à l'issu du derby contre Monaco en février 1995. Le motif est incitation à la violence car il a lancé au méga "l'arbitre, enculé" ! La répression s'abat de plus en plus sur des membres du groupe. Le club redescend en D2 en 1997 malgré une victoire en coupe de France. Après cette victoire, quelques BSN fondent leur propre groupe, la Secioun Nissarda et se placent en Seconde Nord pour tenter de l'animer. Bien qu'en D2, la BSN goûte pour la première fois aux déplacements européens notamment à Prague. Le club connait de plus en plus de difficultés et la BSN, après longtemps avoir soutenu les dirigeants, demandent des comptes. Lors de la saion 99/00, le groupe fait pour la première fois grève lors de la réception de Châteauroux avec seulement deux banderoles en populaire Sud : "honorez les couleurs que vous portez" et "pour qui vous nous prenez ?". Les relations se tendent de plus en plus avec les dirigeants italiens du club. Lors de la saison 2001/2002, la BSN cesse d'encourager. La décision ne fait pas l'unanimité et certains membres décident de poursuivre les encouragements. Ils se regroupent dans un coin de la populaire Sud sous le nom d'Armada Rumpetata Nissa. Mais la cohabitation entre les deux groupes ne se fait pas et en octobre 2001, le groupe migre en seconde Nord et rejoint la Secioun Nissarda. Cette dernière retourne en populaire Sud lors de la saison 2002/2003 lors de la remontée de l'OGCN en D1.

Les médias ultras en France

Écrit par dimanche, 21 octobre 2012 19:05


LES PREMIERS MAGS

En avril 1990, un ultra marseillais lance un premier fanzine dédié au mouvement ultra en France : Ultramag. Il comportait une vingtaine de page en noir et blanc tapé à la machine. Il était réalisé en collaboration avec les quelques groupes français qui existaient alors. On pouvait aussi y lire des compte-rendus rédigés par les membres des noyaux des groupes respectifs, des dossiers, des photos, des gadgets et une rubrique "petites annonces". Le fanzine s'arrête après 10 numéros en mai 1992.

En août 1992, le numéro 0 d'un tout nouveau journal est distribué dans plusieurs tribunes françaises : Sup Mag. Lancé par des Parisiens, ce journal se veut professionnel : les pages sont en couleur, la mise en page est soignée. Comme pour Ultramag, l'interactivité est de mise, le journal se taille un réseau d'interlocuteurs dans les différentes tribunes. On y retrouve aussi une rubrique "petites annonces", des focus sur certains matchs, des infos sur l'étranger. Sa parution est mensuelle avec en fin de saison un "best-of" où chaque groupe rédige un résumé de la saison écoulée. Ce journal se veut l'équivalent de Supertifo (journal italien créé en 1985). Très rapidement, le journal est débordé : certains compte-rendus sont fantaisistes, les deux rédacteurs principaux sont accusés d'être pro-parisien. Un recentrage a lieu et ce sont des journalistes ou des pigistes du journal qui réalisent désormais les compte-rendus. Malgré les bonnes volontés de la rédaction, le journal est la cible de nombreuses critiques. Certains groupes, dont plusieurs de Marseille notamment, décident de ne plus collaborer avec Sup Mag. Le dernier numéro paraît en novembre 1995. sup-mag


L'ABANDON PROGRESSIF DU SUPPORT PAPIER ET L'ESSORT D'INTERNET

Après la disparition de Sup Mag, le mouvement ultra français est privé de média propre. Mais le développement de l'Internet change la donne. Un premier site est ouvert 1999 sous le nom d'Ultra connection. Il rassemble les premiers ultras sachant utiliser l'outil forum internet. On y trouve les traditionnels compte-rendus agrémentés de photos (avec le développement des appareils photos numériques) mais aussi des sujets plus futiles. Avec ce nouveau média, l'interactivité est directe et on assiste aux premières engueulades et autres prises de tête propres aux forums internet. Au fil du temps, certaines discussions s'enveniment et la modération fait parfois défaut. C'est pour cela que quelques forumeurs quittent Ultra Connection en juin 2002 pour créer mouvement-ultra. Quelques mois auparavant, un nouveau fanzine refait surface : le 12ème homme. Comme Sup Mag, il est mensuel et fait la part belle aux compte-rendus. Mais son existence ne dépasse guère les deux ans et le dernier numéro sort en mars 2004. Après aussi deux ans d'existence, le forum mouvement-ultra évolue, il se double d'un site internet qui permet notamment l'hébergement de photos. Ce système perdure jusqu'en 2007. En 2004, un autre forum ouvre : Original Ultras. En plus de parler du mouvement ultra, il possède une section hools/casual. Il se double aussi d'un site internet jusqu'en 2006.

Après l'arrêt du 12ième homme, plusieurs expériences sont tentées pour faire vivre un journal/fanzine papier. La première expérience est Génération Ultra à partir de février 2005. Il est bimensuel mais s'arrête au bout de 13 numéros en 2009. La deuxième s'intitule Le monde des Tribunes - Culture Tribunes. Le premier numéro sort en avril 2006 sous le nom de "Le monde des tribunes". Il est distribué en kiosque et par abonnement. Certains groupes le diffusent sur leurs tables de vente. Mais un quotidien du soir ayant un nom similaire demande à ce que le nom soit changé. Le fanzine devient "Culture tribunes". L'expérience papier prend fin en janvier 2008 car les coûts de production sont trop importants pour une petite équipe de passionnés. Une version en ligne tente de poursuivre l'aventure à partir d'août 2008 mais elle s'arrête après quelques mois.

Cette nouvelle expérience ratée confirme une fois de plus la difficulté pour le mouvement ultra' français de disposer d'un support papier capable de promouvoir son identité et ses valeurs. De nos jours, on peut cependant signaler le très bon magazine footbalistique So Foot, qui a pris un certain essort ces dernières années, et dont certains dossiers sur les tribunes sont plutôt intéressants et bien informés.

culture tribunes

 Mouvement-ultra revient aux fondamentaux en abandonnant la partie site en 2007. Au lieu d'être hébergé par un système indépendant, l'équipe choisit un hébergeur pro de forum. Mais en janvier 2010, une faille permet un nouveau piratage du forum (le 3ème depuis 2002). Le forum est transféré sur une autre plate-forme d'hébergement de forums.

Le 31/08/2012, un nouveau site voit le jour.

Le mouvement supporter à Bordeaux

Écrit par vendredi, 19 octobre 2012 23:03

LES GIRONDINS DE BORDEAUX ET LE STADE LESCURE

Le club des Girondins de Bordeaux naît le 1er octobre 1881, mais la section football ne jouera pas ses premiers matchs avant 1920. Le Stade Lescure est le stade historique du club. D'une capacité initiale de 10.000 places, il sera agrandit par la mairie de Bordeaux dans l'espoir d'accueillir la coupe du Monde de football de 1938. La couverture du stade sera l'oeuvre d'un trio d'architectes franco-italiens (d'Helles, Jourde et Dabbeni) via des voutains à arrêtes apparentes reposant sur leur propre poids. Cette technique révolutionnaire pour l'époque permettra de ne disposer d'aucun piler au milieu des tribunes, assurant ainsi une vision parfaite pour les spectateurs. Du fait, le stade est ansi classé "monument historique".


LA NAISSANCE DES ULTRAMARINES

Le mouvement apparait à Bordeaux après la visite des supporters de la Juventus de Turin le 25 avril 1985. Plusieurs jeunes supporters des Girondins sont, ce soir là, fascinés par la ferveur dégagée par les Turinois. Ils commencent alors à s'intéresser à cette forme de supportérisme qui en plein essor de l'autre côté des Alpes. Le 5 août 1986, lors de la première journée de championnat contre le FC Metz, ces supporters posent une première bâche dans la partie haute du virage sud (latérale sud) : "Ultramarines". L'embryon du groupe compte sur une dizaine de personnes seulement. A la fin de la saison, ils décident d'officialiser l'existence en déposant les statuts auprès de la préfecture de Gironde sous le nom de Collectif Club Ultramarines. L'arrivée de cette forme de supportérisme se heurte rapidement à la personnalité haute en couleur du président du club, Claude Bez. Nous sommes alors dans l'après-Heysel et tout ceux qui utilisent des fumigènes et se montrent un peu trop démonstratifs dans un stade sont taxés de hooliganisme. Le président du club fait rapidement interdite la bâche du groupe ainsi que des drapeaux. Mais le groupe persévère et poursuit son implantation au sein de la tribune. ultramarines


UN NOUVEAU GROUPE : LES DEVILS

Durant la saison 1988/1989, plusieurs bâches apparaissent à côté de celle des Ultramarines. Pour la plupart, il s'agit de délires entre amis mais une se détache rapidement : "Blue Devils". Les personnes derrière cette bâche sont dans un mode plus festif que le reste des Ultramarines.  En désaccord avec le directoire du groupe, ils le quittent pour fonder leur propre groupe en 1990. La politique du club reste la même et les deux groupes ultras ont du mal à faire leur place à Bordeaux. A cela, s'ajoutent les déboires financiers du club : il est relégué administrativement en D2 à la fin de la saison 90/91. En deuxième division, les deux groupes restent présents et mettent l'ambiance à Lescure. Le club remonte immédiatement (en terminant champion de D2) et repart sur de nouvelles bases notamment ses couleurs : bordeaux et blanc. Les Ultramarines prennent alors le nom d'Ultras Bordeaux. De leur côté, les Blue Devils deviennent les Devils Bordeaux. devils


L'APPORT DU CVS

L'entente entre les deux groupes ultras du virage sud débouche sur la mise en place d'un collectif permanent : le Collectif Virage Sud (CVS) lors de la saison 1993/1994. Ce collectif permet le regroupement des sections des deux groupes (alors nombreuses), l'organisation commune des tifos et des déplacements. Il montre son utilité lors des épopées européennes des bordelais au milieu des années 90. Pourtant, à la fin des années 90, la première génération des Ultramarines se retire peu à peu, une nouvelle génération arrive lors de la saison 1998/1999. Cette génération relance le groupe avec l'appui des résultats sportifs du club (titre de champion de France).

En 2006, pour des raisons internes, les Devils se dissolvent. Le CVS n'ayant plus de raison d'être, il est dissous en novembre 2006. Les Ultramarines restent le seul groupe ultra à Bordeaux.

Le mouvement supporter à Toulon

Écrit par vendredi, 19 octobre 2012 16:36

Le mouvement ultra apparait à Toulon en 1987 avec la création d'un premier groupe : les South Wolf. L'ambiance au stade Mayol est déjà festive dans la tribune populaire située derrière le but. En dessous du tableau d'affichage, quelques supporters décident d'enraciner le mouvement ultra en ramenant leur banderole, tambours et fumigènes. L'année suivante, un deuxième groupe est créé : les Rasta Bronx. Les ultras toulonnais entretiennent des relations tendues avec les autres ultras de la côte d'Azur notamment les marseillais et les niçois. Une entente se met en place avec les cannois. En 1990, un troisième groupe est créé : la Brigade azur et or.

A partir de la saison 1992/1993, les trois groupes plus la Vieille Garde (composée d'anciens South Wolf) se réunissent dans une structure commune (notamment pour l'organisation des déplacements). Le Sporting club Toulon connait de grosses difficultés financières en 1993 et il est rétrogradé en national en 1993. Avec cette descente forcée, tous les groupes toulonnais fusionnent en une seule identité : les Irréductibles. Ce groupe suit les multiples galères du SCT qui évolue entre la D2 et les divisions amateurs. En 1998, un second groupe est créé, les Fedelissimi.

Le mouvement supporter à Cannes

Écrit par vendredi, 19 octobre 2012 13:53

Le mouvement apparait à Cannes au milieu des années 80. Une première bâche Ultras Cannes est posée lors de la saison 1985/1986 (précisément lors du match Cannes-Istres du 1er mars 1986) dans la tribune populaire nord ; le club joue alors en deuxième division. Cette tribune devient l'antre des supporters actifs de l'AS Cannes. Une autre, plus grande, y est parfois accolée : Commando Ultras Cannes. L'influence italienne se fait clairement ressentir. En 1987, les Ultras Cannes changent de nom pour devenir les Ghetto Sud. Ce nom ne dure qu'une saison et en 1988 apparaissent les Bad Boys Cannes (BBC). Ils sont le moteur de la populaire Nord et organisent les premiers tifos d'envergure (feuilles, voiles, etc...). Une poignée de membres des BBC quittent le groupe en 1990 pour fonder le Ghetto Rasta Cannes avec un côté politique revendiqué. Ces derniers se font aussi connaître dans la rubrique faits divers. Les deux groupes cannois développent des amitiés notamment avec le Wild Kaos de l'Atalanta de Bergame. Côté français, ils entretiennent de bonnes relations avec les supporters toulonnais.

Les deux groupes mettent fin à leurs activités après un match entre Cannes et Monaco se jouant à Nîmes en mai 1995.

Le mouvement renait de ses cendres à partir de septembre 1998 avec les Ultras Kaos Cannes (UKC)

Le mouvement supporter à Saint-Etienne

Écrit par mercredi, 03 novembre 2010 15:51

Dans le Forez, le mouvement arrive en 1988 avec la création des Fighters. Le nom s'inspire des Fighters, un groupe ultra de la Juventus de Turin. Le mouvement supporter est déjà fort à Geoffroy Guichard, notamment depuis l'épopée de 76, mais le modèle anglais est dominant. Un "fan-club" est créé en 1983 dans le kop nord pour l'animer mais le résultat est mitigé. C'est pour cette raison que les Fighters sont créés. Ils tentent d'implanter le mouvement ultra dans les travées du kop nord avec l'organisation des premiers tifos (ballons, cierges, drapeaux). Après 3 saisons et n'ayant pas réussi à développer le mouvement, 5 étudiants décident de créer un nouveau groupe : les Magic Fans. Ils ont été membres des Fighters auparavant. La première bâche est posée le 20 juillet 1991 lors du match contre Toulon. Lors de cette saison, les deux groupes cohabitent dans le kop nord mais les Fighters s'essouflent et disparaissent. Quelques mois plus tard, un second groupe est créé dans le kop nord : les Greens Angels. La bâche est posée pour la réception du Havre. Au fil des mois, les deux groupes se coordonnent pour la création des tifos. L'année 1992 est aussi marquée par le tournoi inter-supporters où une amitié entre les ultras bordelais et les Magic Fans est scellée.

Le mouvement supporter à Lens

Écrit par mercredi, 03 novembre 2010 15:50

 LE MEILLEUR PUBLIC DE FRANCE 

Les supporters lensois sont influencés depuis leur origine par les anglo-saxons : chants courts, fighting spirit, etc... Les plus fervents d'entre eux se rassemblent dans la tribune Nord Tony Marek au sein du "Kop". C'est d'ailleurs l'un des seuls stades de France à disposer d'un Kop aussi puissant vocalement dans une tribune latérale, généralement réservée à un public plus aisé. La presse et la Ligue les considèrent depuis toujours comme les "meilleurs supporters de France" pour leur comportement exemplaire pendant les matches et leur "fair-play". Véritable club à l'anglaise, le Racing Club de Lens dispose également d'un hymne entonné par l'ensemble du public lensois à chaque retour des vestiaires depuis la mort de Pierre Bachelet : "Les Corons" de Pierre Bachelet.


L'APPARITION DU MOUVEMENT ULTRA

La première tentative d'introduire le style ultra date de la fin de la saison 1992/1993. Quatre membres du kop décident de quitter la tribune latérale pour celle située derrière un but, la tribune Tranin. Ils sont fans de la mouvance ultra et veulent l'importer au stade Bollaert. Le groupe prend le nom de Kop Sang et Or (KSO). Faisant tâche dans le paysage supporter lensois, ce groupe se rapproche d'un groupe non-offficiel, les North Warriors (NW) qui se réclame du modèle anglo-saxon et du hooliganisme.

En février 1994, un membre du kop distribue un tract afin de recruter d'autres personnes intéressées par le mouvement ultra. Cette initiative n'est pas vraiment du goût des Supp'r Lens, le groupe officiel qui anime la tribune. Ils ne sont qu'une dizaine à rejoindre l'initiative. Pour beaucoup, ils viennent de la section d'Estaires des Supp'r Lens. Afin d'éviter tout conflit avec le groupe officiel, ils décident de se positionner sur la droite du kop. Lors du déplacement à Paris pour le quart de finale de coupe de France le 23 avril 1994, la première bâche du groupe apparait : Red Tigers. La première saison de ce groupe est marqué par le déplacement à Caen où il accepte dans son bus le Kop Sang et Or et les North Warriors. A l'arrivée à Caen, des incidents éclatent avec les Supp'r Lens puis avec les CRS. En tant qu'organisateur du bus, le groupe est la cible du club, des Supp'r Lens et des autorités. Il se rapproche alors du KSO et des NW. Mais l'entente ne dure pas longtemps.

 Avec les travaux de réfection du stade Bollaert en vue de la coupe du monde 1998, les NW et le KSO sont obligés de revenir dans le kop. Cette migration fait perdre un certain nombre d'adhérents au KSO. Puis le groupe migre en tribune Delcourt quelques années avant de revenir dans le kop. De son côté, les Red Tigers continuent leur bonhomme de chemin même si ils sont une nouvelle fois victime le 13 février 1997. Une bouteille est lancée sur l'arbitre de touche non loin de la bâche Tigers. Aussitôt, le groupe est de nouveau accusé. L'ambiance avec les autres groupes, notamment les Supp'r Lens, est délétère. Le groupe se déplace alors à la droite du kop, quand on le regarde, emplacement où il se situe encore actuellement. Le groupe gagne en importance au fil des années, ce qui lui permet d'organiser des tifos sur l'ensemble de la tribune.

red-tigers

Plus d'infos sur les Red Tigers sur leur site : http://site.tigerslens.com/groupe/historique

Le mouvement supporter à Marseille

Écrit par mercredi, 03 novembre 2010 15:48

L'Olympique de Marseille est un club possedant plus de 100 ans d'histoire. Les premiers supporters s'organisent à partir de 1972 au sein du Club des Supporters Marseillais qui devient en 1982 le Club Central des Supporters de l'OM. Le mouvement ultra' n'apparaît dans les travées du stade Vélodrome qu'au milieu des années 80. Le 31 août 1984, des supporters se regroupent dans le quart de virage nord Ganay lors du match contre le Matra Racing. Cela faisait, pour certains, quelques années qu'ils venaient ensemble au stade au sein du virage nord mais du côté Jean Bouin et tentaient de l'animer avec des tambours, des drapeaux et des petites voiles. Ce comportement posait des problèmes aux autres locataires du virage nord qui lancent alors une pétition ! A la mi-temps de ce fameux match contre le Matra Racing, l'un des membres du groupe, qui était passionné du mouvement ultra italien et qui lisait régulièrement Supertifo, propose un nom : Commando Ultra. La première bâche du groupe (Commando Ultra Curva Nord) est posée lors du match contre Toulon le 2 décembre 1984. Lors de la saison 1986/1987, le groupe migre dans le bas du virage sud puis dans sa partie haute suite à des problèmes avec les supporters traditionnels de la tribune.

En avril 1987, des jeunes des 2e et 3e arrondissements de la ville se regroupent derrière une bâche Win for Us dans le quart de virage Ganay. Ils souhaient animer cet espace laissé vide depuis le départ du Commando Ultra. Dès le début de la saison 1987/1988, le groupe migre à son tour au virage sud et change de nom pour devenir les South Winners. Durant la même saison, un nouveau groupe se crée dans le virage nord : la Yankee North Army, il s'agit à la base d'un groupe de copains de classe. Ce groupe prend de l'importance et il est obligé de prendre une existence "légale" en créant une association déclarée en préfecture le 20 octobre 1988 sous le nom de Yankee Nord Marseille. Le mouvement ultra continue de se développer dans la cité phocéenne. Le 6 avril 1988, un nouveau groupe apparaît en seconde nord Ganay : les Fanatics. Il est créé à partir d'un bar, celui des Familles sur le boulevard Roux. Un an plus tard, le groupe migre lui aussi en virage sud.

Au début de la saison 1990/1991, le virage sud compte trois groupes ultras : le Commando Ultra, les South Winners et les Fanatics. Ils décident de se regrouper au sein d'un collectif : Supporters Phocéens. Ce collectif organise les tifos conjoints sur le virage sud ainsi que les déplacements. Dans le virage nord, les Yankee sont seuls pendant plusieurs années jusqu'en mai 1992 où une vingtaine de membres quittent le groupe pour former les Dodgers. Ce nom n'est pas choisi par hasard car il fait référence au général Dodge et ses hommes qui avaient quitté l'armée Yankee sous le nom de Dodger's. Tous ces groupes sont présents lors de la finale de la première ligue des champions à Munich en mai 1993. Ils organisent un tifo commun dans le virage sud de l'Olympiastadion. Les groupes sont alors au firmament du mouvement. Mais les déboires du club (affaire de corruption, rétrogradation en division 2) mettent fin à cet âge d'or. Les groupes subissent une baisse des effectifs. Lors de la saison 1993/1994, les Supporters Phocéens explosent : les South Winners tiennent à marquer leur différence et migrent vers la partie haute du virage sud, les Fanatics et le Commando Ultra restant en bas. Des problèmes internes aux groupes se font sentir et au début de la saison 1994/1995 (le club est alors en D2), une dizaine de membres des South Winners fondent Marseille Trop Puissant (MTP) dans le quart de virage nord Ganay. Les Fanatics traversent des moments difficiles et en 1995/1996, ce qui reste du noyau revient dans le virage nord.